Coucou ma fleur des champs,

Cette fois-ci je voulais parler à coeur ouvert de certaines attitudes ou pratiques qui me pèsent depuis un moment pendant le recrutement. 

Je suis comme beaucoup diplômée d'un Master II en Communication, comme beaucoup encore, j'ai travaillé pendant ces 5 années post bac en alternance dans de nombreuses enteprises, cela afin d'acquérir un maximum d'expérience et de compétences à faire valoir pour la suite auprès de toi mon chère recruteur. Le problème c'est que justement nous sommes beaucoup à faire cela et donc le marché est ''saturé'' de bonnes âmes devant faire des pieds et des mains pour se faire remarquer par tes yeux distraits, tu le sais et donc forcément tu en profites... 

Il est désormais monnaie courante de voir des postes de chargé de communication, incluant des compétences diamétralement opposées comme le graphisme, les relations presses, la stratégie d'entreprise, l'événementiel et le webmastering bientôt le jonglage le tout pour un salaire de 1300 euros net par mois évidemment heures supplémentaires non rémunérées.  Le recruteur est comme souvent à la recherche du ''mouton à 5 pattes'' sauf que la mon ami recruteur est très voir trop pointilleux. Et il ne lâche rien à ce sujet malgré l'incongruité de la demande. Selon lui il faut savoir être un ''Couteau Suisse'' pour se faire une place sur ce marché. 

En clair il faut donc être prêt à prendre sur son ''temps libre'' afin de s'auto-former à des processus et compétences qui prennent habituellement des années à être maîtrisées. Mon chère recruteur en profite d'avantage pour pousser à bout ta personne en te demandant par la même occasion d'avoir une personnalité irréprochable.

A savoir : d'être discret tout en étant pro-actif, d'être polyvalent tout en étant spécialiste, d'être dynamique tout en étant timoré. Non les candidats n'ont pas le droit d'avoir les défauts de leurs qualités. Les seuls "défauts" acceptables en entretien sont d'être ''très exigeant'' ''perfectionniste'' voir ''ambitieux'' mais cela s'arrête là.

Le recruteur flirte parfois avec les limites, en te posant des questions du style ''estimation du temps de trajet'' ou ''avez vous des obligations'' ''jolie bague à votre annulaire'' une manière détournée de connaître un maximum de critères discriminants. Jusqu'ici, n'étant pas en position de force le candidat n'a que deux options refuser de répondre et compromettre ses chances ou répondre en toute transparence et compromettre ses chances. Oui, le recruteur en profite allègrement. 

Récemment recruteur tu as été trop loin, j'ai souvent eu le droit pendant le recrutement à ce que l'on nomme des ''mises en situations'' à savoir écrire un retour d'entretien ou faire des propositions d'améliorations ergonomique d'un site web ou encore la rédaction d'article. Évidemment cela dans le cadre de nos échanges durant ledit entretien et donc directement en lien avec les ''problematiques'' soulignées par le recruteur. Cette procédure permet évidemment de vérifier la capacité de compréhension et de travail du candidat. Son curriculum, ses expériences professionnelles et ses lettres de recommandation ne suffisant pas toujours manifestement...

Cette fois-ci le recruteur impose propose de faire carrément ''un travail'' en dehors du cadre l'entretien, le candidat se basant uniquement sur les seules sources externes disponibles sur le web et ses capacités personnelles de réflexion ou ses capacités organisationnelles. Ce travail est évidemment non rémunéré et pourra ensuite être utilisé par l'entreprise tout en favorisant un autre candidat.

Alors voilà, trop c'est trop, je m'insurge, d'autant que le recruteur est soutenu par pôle-emploi, le bougre ! Evidemment nous ne parlons pas de méthodes illégales, olala malheureuse ''mettez vous à la place du recruteur'' il a besoin de savoir ''ce que vous avez dans le ventre'' et surtout "il ne faut pas s'abaisser pas à penser droit" / évidemment tu n'en possède aucun, sache-le / mais plutôt en terme de ''bon sens''. C'est clair que le bon sens en ce moment est un peu en vacances. Etrangement la confusion des valeurs du droit du travail est à son paroxisme, il suffit de regarder l'actualité politique pour en avoir le coeur net.

Donc voilà, je voulais te parler à coeur ouvert chère ami recruteur.  

Je ne sais pas exactement jusqu'où va ton humanité, ton bon sens, ta logique ou encore moins ton respect.

Mais il me semble que le fait de faire travailler un candidat hors contrat est illégal, poser des questions personnelles n'ayant aucun rapport avec le curriculum vitae ou le poste est illégal, demander de faire un travail sans rémunération (sauf bénévolat) est illégal. 

Donc maintenant que les choses sont claires, est-il possible de ne pas avoir un dialogue de sourd comme François Fillon face aux aides soignantes et infirmières clique ici ?

Est-il possible qu'à défaut de profiter de nous pour nous rendre esclaves avant même d'être recrutés, de banaliser des comportements illicites, de discriminer à tour de bras, tu puisses au moins être dans la compréhension. Est-il possible de tomber les masques ? Être honnêtes et bienveillants ?

Car moi tu vois je suis fatiguée, fatiguée d'être déçue à chaque entretien, fatiguée de ne pas pouvoir faire de projets ou de devoir éternellement les repousser faute de stabilité professionnelle, d'être dans le stress de me dire que mes droits pôle-emploi vont un jour prendre fin et me rendre encore plus précaire, fatiguée de m'endormir avec l'angoisse de savoir si je peux payer mon loyer... 

Ami recruteur, sache que tu peux changer. J'ai confiance en toi pour reprendre le droit chemin. Signé une jeunesse, usée, mais pleine de bonne volonté. 

Et toi ton opinion sur les recruteurs ? As-tu déjà vécu des situations similaires ? A bientôt ;)